Dans le jardin, la libellule est morte

de Cheong Jeong-cheol, illustrations de Lee Gwang-ick, Picquier jeunesse, 44 pages, octobre 2010, 13 €.

Si simple et si beau ! Dans cet album, une libellule morte qui repose sous les reines-marguerites d'un jardin. C'est bien peu de chose et pourtant tellement puissant et inspiré. Le poète coréen Cheon Jeong-cheol évoque la nature, le cycle de la vie et de la mort, et surtout l'impermanence et l'impersonnalité propres au monde asiatique, fortement marqué par le bouddhisme. Tout est constamment changeant, rien n'a vraiment une existence indépendante et réelle. Dans cet ouvrage, juste un poème ancré dans le tissu des traditions, nous entraînant vers l'infini. L'illustrateur Lee Gwang-ick développe une histoire visuelle glissant doucement de la figuration à l'abstraction ; l'ensemble accompagne merveilleusement le poème avec une grande délicatesse et beaucoup de sérénité.